Le Bonheur? C’est Maintenant!

En tant qu’êtres humains, nous voulons beaucoup de choses, mais plus que tout, ce que nous partageons, c’est le désir d’être heureux.
Nous vivons dans une société dite « de progrès », où malgré la persistance de la misère, la majorité de la population peut satisfaire ses besoins essentiels. Mais bien que les conditions matérielles aient largement progressé, nous ne nous sentons pas forcément plus heureux.

Qu’est-ce que le bonheur? Question philosophique et existentielle largement débattue, il en existe plusieurs définitions, mais généralement on le conçoit comme un état de bien-être, de plénitude, de satisfaction.

Ces dernières années, de nombreuses recherches scientifiques ont été menées sur les causes du bonheur, et elles démontrent que des éléments tels que le revenu, le niveau d’éducation, les relations amoureuses n’ont que peu d’impact sur la tendance au bonheur.

Alors quelles sont les causes du bonheur? Quand sommes-nous vraiment heureux?

En 2009, Matt Killingsworth, étudiant en Doctorat à l’Université d’Harvard lance une application sur Iphone permettant aux gens de rapporter leurs émotions en direct. En interrogeant des milliers de personnes, il a rassemblé d’énormes quantités de données sur le bonheur : www.trackyourhappiness.org

Au cours de la journée des questions sont posées aux participants pour savoir ce qu’ils font, avec qui ils sont, ce à quoi ils pensent au moment présent. Plus de 15 000 personnes ont été interrogées, de 18 à plus de 80 ans, de toutes conditions sociales, dans plus de 80 pays.
3 principales questions étaient posées :
* Comment vous sentez-vous, sur une échelle de très bien à très mal ?
* Que faites-vous ? (22 différentes activités proposées)
* Pensez-vous à autre chose que ce que vous êtes en train de faire ?
– Non, je suis concentré sur ma tâche.
– Oui, je pense à autre chose et le sujet de mes pensées est: plaisant / déplaisant / neutre.

Les résultats des données collectées montrent que les personnes interrogées se sentent bien moins heureuses quand leur esprit s’évade que lorsqu’elles sont présentes. On pourrait penser que lorsque l’on se trouve dans  une situation déplaisante et que notre esprit s’évade, cette évasion mentale pourrait agir positivement sur notre bonheur. Et bien non, peu importe l’activité, quoique l’on fasse, même si cela est déplaisant (être dans un embouteillage par exemple), on ressent plus de bonheur en étant présent à l’expérience qu’en laissant notre esprit divaguer.

Pourquoi cela? La principale raison en est que lorsque notre esprit s’évade, la plupart du temps nos pensées sont déplaisantes, de l’ordre de l’inquiétude, de l’anxiété, des regrets. Mais le plus étonnant dans les résultats de cette enquête est que même lorsque les pensées sont neutres, ou même agréables, les personnes se sentent toujours moins heureuses que lorsque leurs pensées ne s’évadent pas.

De plus, les résultats des personnes interrogées montrent qu’en moyenne, quelle que soit leur activité, 47% du temps, elles pensent à autre chose. L’évasion mentale serait donc omniprésente et constituerait une cause importante de mal-être.
Cette enquête n’est pas une étude scientifique, mais elle a le mérite d’inclure de très nombreuses personnes dans son panel, et de montrer une tendance générale.

Notre cerveau produit de la pensée, et est extrêmement prolifique. Bien sûr, cela nous permet d’être inventif, imaginatif, créatif, de rêver et de faire des projets. Mais il s’agit ici d’un aspect compulsif de notre esprit, de ce bavardage intérieur permanent tourné soit vers le passé, soit vers le futur, et qui nous empêche d’apprécier pleinement l’instant présent.

Dans une société où notre attention est constamment détournée par l’accélération des rythmes de vie, la pollution sonore des milieux urbains, les flux d’informations (portable, SMS, mails, télé)… nous avons grand besoin de développer des qualités de présence, de stabilité mentale et émotionnelle. L’intérêt actuel pour la méditation en témoigne.

 Alors quelles solutions pour accéder à plus de bien-être?

Nous savons aujourd’hui que notre cerveau évolue, est « plastique », et peut créer tout au long de notre vie de nouveaux neurones, de nouvelles connections. Entraîner son esprit, cultiver des qualités positives, évoluer est possible à tout âge, et de nombreuses pratiques et disciplines permettent de développer notre capacité de présence.

Ramener l’attention vers le corps, vers les perceptions physiques, le sentir, permet de centrer son esprit. Réorienter l’énergie mentale vers les sensations corporelles est une méthode que l’on retrouve dans le Yoga, le Tai-chi, le Qi gong, certains arts martiaux, et bien sûr la méditation.

À travers le rythme, TaKeTiNa vous  invite à vous reconnecter à vos sensations. Dans le cercle, vous êtes guidé de manière progressive à explorer le rythme avec votre corps et votre voix. Vous dites des syllabes rythmiques, vous frappez dans vos mains et faites des pas sur des rythmes différents, mais simultanément. Vous ouvrez ainsi peu à peu en vous-même un espace nouveau où vous pouvez être dans le même temps actif et passif, détendu et concentré, relaxé et énergétisé, et pleinement présent à l’expérience vécue.

Ce qui est ressenti, expérimenté et intégré dans le cercle peut se transposer dans la vie quotidienne. C’est un processus d’évolution personnelle à travers le rythme, permettant d’intégrer la conscience du corps et la stabilité de l’esprit; et de développer un état de paix intérieure et de présence.

Le rythme est un des moyens les plus anciens et les plus efficaces pour influencer et développer la conscience humaine. Dans notre monde global et centré sur la technologie, l’être humain perd souvent le contact avec ses propres rythmes intérieurs, et il peut se sentir étranger, dé-synchronisé. TaKeTiNa lui permet de se reconnecter avec le pouvoir transformateur du rythme.
Reinhard Flatischler

Vous pouvez visualiser ici une vidéo de Matt Killingsworth détaillant son enquête sur le bonheur:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...